Accueil

   Qui est Laloune ? Je me le demande souvent, et parfois, pour mon propre bien, j’en viens à faire comme si elle n’existait pas, à l’ignorer et à me noyer dans l’illusion d’une vie innocente, dans laquelle nous serions tous des enfants voués au bonheur éternel. Mais toujours, évidemment, elle finit par me rattraper, comme elle nous rattrape tous à un moment ou à un autre de nos vies ; nous agrippant par le col en ricanant. On reconnait souvent Laloune tard dans la nuit, quand l’orage craque dehors ou que le vent siffle dans la monture des fenêtres, chuchotant des mots qu’on préférerait ne pas comprendre. On la reconnaît, aussi, durant ces interminables moments d’angoisse et de tristesse, quand les couleurs du monde paraissent soudain s’enfuir, se ternir, couler sur la plaie ouverte de notre cœur, et que la futilité de nos existences éclate au grand jour dans une netteté trop parfaite pour être niée. Les mots que forment alors nos pensées sont les nôtres, certes, mais ils sont aussi les siens. Elle nous les murmure à l’oreille et, pendant quelques instants, nous fait percevoir l’atrocité de sa dimension ; une dimension sans sourire dans laquelle elle nous attend pour l’éternité.

   Vous l’aurez compris, Laloune n’est pas humaine. Pourtant, nous avons tous fait sa connaissance, au moins un petit peu. Son nom n’est qu’une commodité pour évoquer l’horreur innommable, mais cela ne signifie nullement que son existence n’est que métaphorique… Dans le ciel nocturne, parfois, son masque apparait et nous regarde avec mélancolie. Mais peut-être vaut-il mieux que vous découvriez Laloune par vous-même ? Ce site vous propose quelques sombres récits dont elle n’est pas l’auteur, mais bien l’instigatrice.

   Et l’auteur alors ? C’est moi, Pablo Behague. Je suis un amoureux de la nature et de sa poésie, et en particulier de botanique dont j’ai fait mon métier pendant plusieurs années (les références aux plantes sont nombreuses dans mes textes). Mon univers est constitué d’une réalité trompeuse, enchantée, dans laquelle les détails troublants de l’existence sont autant de passages secrets vers la magie… et l’angoisse. Me consacrant aussi bien à des nouvelles d’inspiration gothique qu’à des récits d’enquêtes horrifiques, écrire est pour moi une manière de faire vivre mes idées et mes cauchemars. Teintés d’une philosophie pessimiste et souvent éprouvante, mes textes amènent à réfléchir sur l’existence, le monde, et la place de l’homme dans un univers qui le dépasse et lui est profondément hostile. Entre absurdité et terreur, malaise et désespoir, le lecteur se trouvera baigné dans un univers chaotique et obscur d’où il aura bien du mal à s’extirper.

   J’ai créé ce site pour partager plus facilement les textes que j’écris à ceux que cela pourrait intéresser. A vrai dire, j’écris des histoires sombres depuis fort longtemps, mais la publication d’un de mes romans (« Les disparus de Darlon » aux Editions Parfum de Nuit) m’a convaincu que, peut-être, ce que j’écrivais valait la peine d’être lu par d’autres. Aujourd’hui, un deuxième roman vient de paraître : « Comme meurent les papillons », que vous pouvez trouver facilement sur internet.

   Dans la section « Histoires », par ailleurs vous pourrez découvrir plusieurs de mes nouvelles, lisibles directement sur le site. Ce site me permettra aussi de partager des informations en lien avec ma passion de l’écriture… Un agenda reprend la liste des lieux où je me rendrai pour mon bouquin, et il n’est pas impossible que j’écrive çà et là des articles sur certains événements. En outre, ce site est aussi un moyen commode de me retrouver, si un jour vous souhaitez discuter de mes romans, d’une de mes nouvelles, ou plus globalement de mon univers !

    Je vous souhaite donc une bonne lecture et vous dit peut-être à bientôt !

   Pablo   

Pablo   

   


Des nuées de papillons noirs, une lune spectrale régnant sur un monde mort, une main cadavérique s’agrippant aux épaules des hommes pour les retenir loin du bonheur… Voilà une parfaite illustration allégorique de ce qu’est mon univers littéraire, cauchemardesque et lugubre.

Un grand merci à la talentueuse L. pour ce superbe cadeau !